Liquides & Solides

La « grippette » des fabricants de bonheur.

Lui, j’aime particulièrement ses bulles. Parfumées, fines, délicates. Elles éclatent dans l’air comme les premiers mots de la fête. Peut-on imaginer passer Noël, Nouvel An sans elles? Ce que je lui souhaite en tout cas, à ce type que j’adore, c’est de retrouver d’ici là le plaisir d’en boire.Le virus made in PRC* l’a mis …

La « grippette » des fabricants de bonheur. Lire la suite »

Le droit à la normalité.

On appelle ça le bruit, le bruit médiatique, numérique. Un bruit qui peut devenir nuisance. Celui de minorités agissantes qui, à force de vouloir faire entendre leur « différence » envahissent l’espace public, allant jusqu’à chercher à interdire tout débat, toute parole, toute opinion contraire à leur croyance, leur combat politique, religieux, sexuel… Car, à force de …

Le droit à la normalité. Lire la suite »

Le jour d’après, nous y sommes.

Quand j’ai appelé mon pote, la semaine dernière, pour réserver la table de ce mardi 2 juin, le mot m’est venu naturellement: « tu sais, Biquet, c’est la Libération qu’on vient fêter chez toi! »Oh, je sais, c’est excessif. Quoi de commun entre ce que nous avons vécu, vivons et ce qu’ont connu nos grands-parents, arrières-grand parents? …

Le jour d’après, nous y sommes. Lire la suite »

Fake news, vraie pub.

Sur l’échelle de la coolitude, du marketing de la coolitude, on est au top. Avec le dernier spot du hard-discounter ALDI, toutes les cases sont cochées. Traitement vidéo vintage? OK. Voix-off avec phrasé délicatement zyva? OK. Carte Millenial? OK. Message revendicatif genre jiléjône? OK. Sur-représentation de la diversité? OK. En fait, si l’on excepte, à …

Fake news, vraie pub. Lire la suite »

#fatjanuary

Sommes nous condamnés à devenir des enfants débiles, des êtres faibles, immatures, que l’on doit protéger de tout? À certains égards, le « cauchemar climatisé » qu’évoquait Henry Miller au début des années 40 a déjà commencé. Sous la forme d’un enfer aseptisé où l’on nivelle, de préférence par le bas, où l’on veille à ne surtout …

#fatjanuary Lire la suite »

Dis moi ce que tu manges, je te dirai ce que tu bois.

L’idée de cette chronique m’est venue en admirant la merveilleuse nature morte (morte, vraiment !) du buffet offert par un puissant propriétaire bordelais, récemment passé à l’agriculture biologique. Tomates en plastique, fraises en bois, saucisson plus rouge que nature… je ne sais pas pourquoi, j’ai eu comme un doute sur la sincérité de sa bruyante …

Dis moi ce que tu manges, je te dirai ce que tu bois. Lire la suite »