Vincent Pousson

Le vin à la peau douce.

Il y a des jours où, plus que d’autres, on s’interroge sur le choix de la bouteille. Célébration, retrouvailles, changement de vie…  Sans hésiter, les conventionnels opteront pour de la bulle, champagne de préférence, « parce que ça se fait ». D’autres trouveront là l’occasion de déboucher (sans se soucier des échardes et du banquier) cette bouteille …

Le vin à la peau douce. Lire la suite »

La maladie des transports.

Le vin est une fête. Et malgré tous les errements, tous les trafics, l’arrivée du beaujolais-nouveau demeure une fête dans la fête. Avec tous ses codes, d’ailleurs, ses légendes comme les habituels avis d’expert sur le « goût de banane »*, et parfois ses mauvais côtés qui contrairement à la gueule-de-bois peuvent précéder le troisième jeudi de …

La maladie des transports. Lire la suite »

La nouveauté a fait son temps.

J’imagine l’idée que l’on se faisait du « progrès » à l’époque où l’on a dessiné cette enseigne. Sûrement les Trente Glorieuses. La vieille Europe (ce village du Minervois y compris) se pliait au modèle américain déjà éprouvé de société de consommation. De la « nouveauté », il en faudrait, en pagaille, pour vendre, acheter, jeter. Entre boulimie et …

La nouveauté a fait son temps. Lire la suite »

Du sang au sucre.

Et si, finalement, tous les détraqués psychiatrico-alimentaires, Vegan® & Cie, n’étaient que des victimes? Oh, ne comptez pas sur moi pour jouer le mauvais avocat, expert en enfances malheureuses et milieux défavorisés, pour défendre ces extrémistes, terroristes intellectuels, qui de plus en plus glissent de la divagation, de la diarrhée verbale au vandalisme débridé et …

Du sang au sucre. Lire la suite »

Coquetterie.

N’avez-vous jamais craqué sur une femme, sur un homme que la Nature a pourvus d’une légère coquetterie? Non pas qu’elle, il passe sa journée devant son miroir, ou chez le marchand de fringues, c’est de coquetterie oculaire qu’il s’agit, de cette esquisse de strabisme qui donne au regard quelque chose de si particulier, de si …

Coquetterie. Lire la suite »

Adios.

Ne jamais oublier, au risque de se perdre, que sa vie tient dans une valise. Juste une valise. Comme celle-ci, ma bonne vieille Rimowa, remplie à la hâte, de bric et de broc. Et encore, qu’emporterons-nous au jour du dernier verre? Vanitas… Je quitte Barcelone. Je vous devais, chers lecteurs, cette information, vous qui depuis …

Adios. Lire la suite »